Accueil > Bandes dessinées > La ZAD. C’est plus grand que nous

Thomas Azuélos (ill.), Simon Rochepeau (sc.)

La ZAD. C’est plus grand que nous

éd. Futoropolis, 6 fév. 2019, 208 p., 25 €

mercredi 6 février 2019, par Frédéric Stévenot

Présentation de l’éditeur. « En 2000, l’ancien projet d’aéroport du Grand Ouest est réactivé dans le bocage de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes.
En 2009, après tous les recours juridiques imaginables, des habitants envisagent de s’opposer physiquement au démarrage des travaux et lancent l’appel des « habitant-e-s qui résistent ». Des centaines de jeunes gens de la France entière, issus des luttes politiques écologiques, anti-autoritaires ou à la recherche de modes de vie alternatifs, commencent à venir s’installer sur la zone promise aux grands travaux.
Le 16 octobre 2012, le gouvernement Ayrault lance « l’opération César » qui a pour but d’évacuer, par la force, Notre-Dame-des-Landes et d’en chasser les occupants qui s’opposent au projet de construction de l’aéroport.
Le 17 janvier 2018, le projet est officiellement abandonné. Entre ces deux dates, les zadistes résistent, s’organisent collectivement, cultivent, avec l’aide des paysans restés sur place, des terres dans le bocage, rêvent d’une autre façon de vivre : « Nous sommes une armée de rêveurs (rêveuses) et pour cette raison nous sommes invincibles.

Qui sont vraiment les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ? Que veulent-ils ? Comment vivent-ils ? Embarqués pendant de longues semaines à leurs côtés, les auteurs ont choisi une fiction documentée pour rendre compte, au plus près, de la réalité de la vie sur la ZAD. Le récit de Thomas Azuélos et Simon Rochepeau est celui d’une lutte, hors des partis et mouvements traditionnels, contre l’aménagement capitaliste du territoire et pour défendre d’autres manières de vivre ».

Le dessin de Thomas Azuelos alterne des aplats de couleurs assez différents : du trait simple à une gamme de couleurs plus chatoyante. On obtient ainsi un univers graphique à plusieurs dimensions qui renvoie à des émotions différentes.

On a là un récit qui repose sur ce qu’ont vécu les deux auteurs, qui ont partagé la vie des zadistes de Notre-Dame-des-Landes pendant un temps. On pourrait alors penser qu’on tient alors un album partisan ; à tort. Bien sûr, on retrouve la tension entre forces de l’ordre et opposants au projet d’aéroport. Mais l’intérêt se situe ailleurs. La gendarmerie n’est guère montrée, symbole d’un État lointain, à distance de ce qui se passe réellement sur les lieux.

Les auteurs s’attachent à nous donner à voir des zadistes aux motivations différentes. Aux uns suffit la lutte contre le flic. D’autres voient à plus long terme, et considèrent le combat contre le projet comme la base d’une société alternative. Entre les deux, on a des individus qui ne savent pas forcément pourquoi ils sont là, certains ne cherchant qu’à satisfaire leurs intérêts. L’album nous apprend ainsi à nous départir de l’image colportée par les médias, au mieux de zadistes formant un ensemble homogène, au pire de marginaux errant sans but, mais toujours aux crochets de la société.

On a également un troisième groupe, constitué par les agriculteurs dont les familles sont implantées de longue date. Et on touche là à un autre intérêt du récit, qui est de montrer que là non plus, il n’y a pas de position unanime vis-à-vis des zadistes. Doit-on les considérer comme des amis ou des fauteurs de troubles ? Pour autant, les points de vue ne sont pas forcément figés, pour certains des protagonistes, en tout cas. C’est dans ces interstices qu’émergent de nouveaux rapports sociaux, et les germes d’une nouvelle société qui se développe avec difficulté.

Bien servi par une partie graphique très intéressante, ce bel album séduit par la restitution de toute la complexité des engagements militants, et celles des relations entre autochtones et nouveaux arrivants. Ce qui s’édifie dans cette ZAD est donc bien plus grand que nous.

Voir en ligne : Page consacrée à l’ouvrage sur le site de l’éditeur

Répondre à cet article